Le travail de la terre

 

La polyculture est la règle, sauf autour des principales villes dont le paysage est dominé par un vignoble suburbain. Dans le Médoc, la vallée de la Dordogne ou sur la rive droite de la Garonne, les cultures de froment, d’avoine, de seigle ou d’orge sont bien plus répandues que la vigne, alors que le millet, céréale pauvre consommée sous forme de galettes ou de bouillies, est plus adapté aux sols ingrats des pays de Buch ou de Born.

 

FIG36

Cuisson du pain dans un four. British Library, Décrétales de Grégoire IX, Royal 10 E IV, folio 145, XIIIe-XIVe siècle
 

 

FIG37
Femme apportant le grain à moudre au moulin. British Library, Décrétales de Grégoire IX, Royal 10 E IV, folio 70, XIIIe-XIVe siècle
  La lettre de protection accordée le 14 juillet 1445 à John de Tiptoft témoigne bien de cette diversité (C61/133, 23, membrane 1, 39) : outre les vignobles et les jardins, le texte cite des prairies et landes d’ajoncs propices à la pâture du bétail, des terres humides fournissant la tourbe employée comme fertilisant ou combustible et des plantations de saules dont l’écorce est utilisée comme remède et les pousses comme osier. Nécessaires à la fabrication des farines, des moulins sont aussi mentionnés comme celui d’Arnaut-Sans Duluc, installé sur la Nive en Labourd (C61/35, 16, membrane 14, 104).
 

Cependant, en raison des destructions de cultures engendrées par le passage des armées, du ravitaillement des soldats, du manque de main-d’œuvre consécutif aux grandes pestes s’abattant sur l’Europe entre 1347 et 1352 et des catastrophes climatiques, la production agricole du duché d’Aquitaine peine à nourrir ses habitants. Les rois-ducs sont ainsi régulièrement contraints d’envoyer sur le continent des vivres consistant surtout en céréales, farines, haricots, pois ou fèves (C61/76, 34, membrane 1, 15, C61/110, 6, membrane 6, 3).


Les travaux rythmant la vie quotidienne des paysans sont peu décrits dans les archives mais la thématique du calendrier agricole remporte un certain succès dans l’iconographie médiévale. En Aquitaine, le portail de l’église de Mimizan – datée du début du XIIIe siècle – conserve encore une de ces représentations sur la voussure extérieure du tympan. Quelques sculptures concernent précisément les labeurs paysans dont voici quelques exemples :

 

Sculptures du porche de l’église Sainte-Marie de Mimizan
(Clichés aimablement fournis par le Musée de Mimizan)

 

juillet   aout   octobre   novembre

Juillet - Les moissons
Après avoir coupé les blés à l’aide d’une faucille, les épis sont rassemblés et battus avec un fléau.

 

Août - La fenaison
Le paysan fauche l’herbe de ses champs afin de constituer les réserves de fourrages destinées à l’alimentation des animaux durant l’hiver. 

 

Octobre - La glandée
Activité très courante consistant à mener les porcs dans la forêt afin qu’ils s’y nourrissent de glands. 

 

Novembre - Le labour
Pour ce travail dela terre, le paysan s’aide d’une charrue tirée par deux bœufs (les Rôles gascons mentionnent cet outil dans la reformacio du 7 août 1320 relative aux baylies de l’Agenais, voir
 art. XV, C61/33, 14, membrane 6, 249).