Nos tutelles

 
Bordeaux Montaigne Logo2 NB LOGO CNRS 2019 NOIR

Notre LabEx 

 
LASCARBX  

Nos partenaires 

 
LOGO IRAMAT CRP2A NB logoPACEA NB FSAB logo NB 
 Logo Ausonius Editions
LOGO ausoHNum site

Institut Ausonius
Maison de l'archéologie
8, esplanade des Antilles
33607 Pessac

05 57 12 46 51

 plan acces Ausonius

Actualités du laboratoire

à la une

  ​​​​
Affiche programme spectacles romains  

SPECTACLES ROMAINS ET IMAGINAIRE COLLECTIF :
IMPACTS IMMÉDIATS ET INFLUENCES À LONG TERME DE L'ANTIQUITÉ À NOS JOURS

Journée d'étude le 8 novembre 2019 - Salle Pierre Paris (ACH037) de la Maison de l'archéologie

Depuis la parution en 1976 de l’ouvrage de P. Veyne, Le pain et le cirque : sociologie historique d’un pluralisme politique, de nombreuses études ont bien mis en évidence l’importance des spectacles romains (jeux scéniques, jeux du cirque, combats de gladiateurs, chasses, naumachies) dans la vie politique et religieuse de la République, puis dans la construction de l’idéologie impériale. Plus récemment, d’autres travaux se sont intéressés à l’impact considérable de ces spectacles sur de nombreux aspects de la vie culturelle du monde romain et à leur rôle dans l’émergence d’un imaginaire collectif commun à tout l’Empire. En outre, l’observation des analogies existant entre la foule rassemblée par ces spectacles et celle que réunissent aujourd’hui certaines grandes manifestations sportives ou culturelles (matchs de football, concerts géants…) a attiré l’attention des chercheurs sur les émotions et les autres réactions immédiates du public au moment où il assistait aux ludi et aux munera. Enfin, cette mise en parallèle avec l’époque actuelle a fait émerger, depuis quelques années, une réflexion sur l’image et l’impact que peuvent avoir encore de nos jours les spectacles romains dans de nombreux médias (bandes dessinées, mangas, cinéma, séries TV…) et plus globalement dans la culture populaire contemporaine. Cette journée d’étude se placera dans le prolongement de cette réflexion aux multiples aspects sur la réception des spectacles romains de l’Antiquité à nos jours.

voir le programme


affiche Animal Chateau  

XXVIIRENCONTRES D’ARCHÉOLOGIE ET D’HISTOIRE EN PÉRIGORD

"L’animal au château"

27, 28 et 29 septembre 2019
L’Odyssée (Nouveau Théâtre de Périgueux), salle Montaigne
Entrée gratuite

Les Rencontres ont consacré plusieurs colloques à la chasse et à la table du château. Mais au-delà de l’alimentation, qu’en est-il, dans cet univers, de la place et du rôle des animaux, domestiques, sauvages, exotiques ou fantastiques ? Des travaux récents ont renouvelé l’approche des relations entre l’homme et l’animal, relations utilitaires, affectives, ludiques, esthétiques, symboliques ou fantasmatiques. À la place d’honneur, le cheval, incarne toutes ces dimensions, et princes et monarques lui ont élevé de véritables palais à Versailles ou à Chantilly. Le chien, symbole de fidélité – vertu essentielle du code aristocratique – tient aussi une place privilégiée, aux pieds ou sur les genoux de son maître ou de sa maîtresse, portraiturés en leur compagnie par les plus grands maîtres et liciers de leur temps. Mais c’est sans doute par la possession d’animaux sauvages que les plus hauts seigneurs démontrent leur pouvoir. Lions et léopards ornent leurs blasons depuis le haut Moyen Âge, tandis que de véritables spécimens rugissent dans leurs ménageries, ou, aujourd’hui, dans les parcs animaliers de châtelains en mal de conquêtes ou d’écologie… Le cabinet de curiosités, où se mêlent animaux empaillés, coquillages, carapaces, papillons exotiques, témoigne de la capacité du seigneur à s’approprier les espaces les plus lointains et les espèces les plus rares. Et sous la plume des fabulistes et des conteurs orientaux, tout un bestiaire familier ou exotique rappelle aux Grands leur animale condition. Mais allons maintenant au château Renaissance de Puyguilhem à Villars. Construit sous la haute protection de François 1er et de Louise de Savoie, il a été le relais de chasse et la résidence de plaisance de la puissante famille parlementaire des La Marthonie. Son imposant pigeonnier témoigne encore de ses privilèges. Autrefois, ses pièces s’ornaient de trophées, de massacres, de fourrures sauvages. Mais les fabuleuses salamandres de François 1er y figurent encore et, sur sa plus monumentale cheminée, Lion de Némée et Hydre de Lerne terrassés par Hercule. Sans oublier cet hôte plus récent, un rhinocéros de haute lice, véritable rêve de savane au cœur du Périgord vert.

voir le programme

+ d'infos et inscription


AFFICHE NOTRE DAME  

QUEL AVENIR POUR NOTRE-DAME ?
Journée de réflexion ouverte à tous les publics
vendredi 4 octobre, de 9h à 17h30 - Amphi 700 de l'université Bordeaux Montaigne

Dans la nuit du 15 au 16 avril 2019, le monde entier assistait en direct, impuissant, à l’incendie de la charpente et de la flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris. En une nuit disparaissait un élément iconique du ciel parisien. C’est, au-delà, un édifice majeur dans la relation des Français à l’égard de leur patrimoine qui a été atteint, et l’un des monuments les plus emblématiques des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. L’émotion a été immédiate, planétaire, et l’élan de solidarité, aussi spectaculaire que l’avait été la catastrophe. L’exécutif a réagi sur le champ, avec l’annonce par le Président de la République que Notre-Dame serait rebâtie « plus belle » dans un délai de cinq ans, puis, par le Premier Ministre, qu’un concours d’architecture serait lancé pour la reconstruction de la flèche. Dans les jours qui ont suivi, les commentaires de spécialistes parfois improvisés se sont multipliés, et bien des propos fantaisistes ont été répétés sans contrôle, sur les causes de l’incendie, sur l’étendue des dégâts, sur l’état de la structure, sur la place de la cathédrale dans l’histoire de l’art gothique, ou sur l’éventail des solutions envisageables pour le rétablissement de la toiture... L’émotion passée, il apparaît nécessaire de revenir sur cette catastrophe, pour fournir à tous ceux qui le souhaitent des éléments fiables d’information, de compréhension et de réflexion sur la cathédrale Notre-Dame, son état actuel, son avenir, en s’appuyant sur l’expertise de spécialistes de domaines scientifiques et professionnels tels que l’histoire de l’architecture, l’archéologie, l’histoire des représentations, l’étude des matériaux du patrimoine, ou la restauration des monuments historiques. C’est l’objectif que se fixent, en partageant le plus largement possible leurs interrogations, les intervenants réunis à Bordeaux pour cette journée ouverte à tous les publics, étudiants, universitaires, amateurs et amoureux du patrimoine.

Organisation scientifique : Yves Gallet, Professeur d'histoire de l'art du Moyen Âge (Ausonius, Université Bordeaux Montaigne) & Gilles Ragot, Professeur d'histoire de l'art contemporain (Centre François-Georges Pariset, Université Bordeaux Montaigne)

Partenaires : UMR Ausonius, Centre François-Georges Pariset, Université Bordeaux Montaigne, CNRS, ENSAP (École d’Architecture et de paysage), Bordeaux – DRAC Nouvelle-Aquitaine

voir le programme


Capture de Travail aspirateur sediments SD02 GOPR5252.MP4  

Les épaves romaines de Courbiac - Fouille de Jonathan Letuppe, responsable du pôle de plongée Éveha, membre associé d'Ausonius

Découvertes en 2008 dans le fleuve Charente, sur les communes de Saintes et Fontcouverte (Charente-Maritime, 17), lors d'une prospection-inventaire subaquatique sous la direction de Vincent Lebaron (ArepMaref), les deux épaves reposent à une profondeur moyenne de 7,50 m. Elles sont distantes de 100 m l'une de l'autre et nommées Ep1 Courbiac et Ep2 Courbiac(pour épave n°1 de Courbiac et épave n°2 de Courbiac). Ces deux épaves ont été datées au carbone 14: Ep1: 230 AD - 390 AD et Ep2: 250 AD - 400 AD.

L'étude de ce site a débuté en octobre 2015 sur l'épave n°2. Cette épave apparaît entre -4,60 m et -5,30 m de profondeur NGF. Elle est en position retournée et affleure au fond du fleuve. Seuls des sacs de sable permettent sa localisation. À la suite de sa découverte en 2008, ainsi que celle d'Ep1, il a été décidé de protéger les bois apparents des deux épaves en les recouvrant de géotextile et de sacs de sable, permettant ainsi de restreindre l'action d'érosion du fleuve sur les bois. Depuis 2015, nous étudions cette épave au rythme d'un mois par an. Trois sondages ont été réalisés: un à chaque extrémité, afin de pouvoir déterminer l'emprise totale de l'épave, un troisième au centre afin de déterminer sa largeur. Cela nous a également permis d'étudier architecturalement l'épave et d'apprécier la hauteur conservée de la coque. Ainsi, l'épave n°2 mesure environ 18 m de long pour 3,50 m de large. La hauteur de la coque observée est de 1,82 m à l'extrémité amont et 1,85 m à celle aval. Au centre, la hauteur est de 1,02 m côté rive droite et de 0,99 m côté rive gauche. Il est à noter qu'aucun élément architectural ne semble manquer. Du fait de sa position retournée et afin de maintenir ses éléments architecturaux en connexion, il n'est cependant pas possible de réaliser un sondage sous l'épave pour étudier les éléments internes de la coque.

Une première campagne de fouille a été menée sur l'épave n°1 en juin 2017, poursuivie en 2018. Elle apparaît très dégradée. Ses fonds semblent avoir disparu. En position retournée, elle a subi, elle aussi, l'action de l'érosion du fleuve. De nombreux éléments architecturaux ne sont plus en connexion. Néanmoins, les données qui commencent à être recueillies sur cette épave sont nombreuses. De plus, il sera possible, étant donné son état de conservation, de poursuivre les sondages à l'intérieur de la coque.

Prévisionnel de la campagne 2019 :
- poursuivre le sondage débuté en 2018 sur Ep1. Nous poursuivrons le démontage de chaque élément architectural afin de l'étudier en surface selon un protocole proposé au SRA et validé par la CTRA (le même que celui de 2018 pour celles et ceux qui le connaissent). Des relevés à terre, un enregistrement photogrammétrique de chaque élément, un relevé à l'échelle 1 et, je l'espère, un scan 3D sera réalisé ;

- dans la mesure du possible trouver l'extrémité de l'épave n°1 (extrémité amont). Ce sera le "bonus ++". Mais je suis persuadé que si nous nous organisons bien et que nous travaillons aussi bien que les précédentes année ce sera du gâteau. Tout dépendra de la météo ;

- des passages au sondeur et au sonar seront réalisés ;

- enfin, un relevé de "points remarquables" inventoriés en 2018 sur et autour d'Ep2 sera réalisé afin de définir l'évolution sur ce site en terme de recouvrement sédimentaire et de mouvement structurel de l'épave.

Participation:
Si vous souhaitez participer à la campagne 2019 (ce chantier est ouvert à toutes et à tous, sans discrimination, alors profitez-en!), contactez-moi à cette adresse mail (jonathan.letuppe@eveha.fr) en m'indiquant:
- vos dates de venue;
- votre niveau de classement hyperbare (en envoyant la copie de votre CAH, recto et verso);
- votre certif médical valable pour la durée de votre venue sur le chantier.


Mission Trippe 2019[2]
Sanctuaire de Zeus Agoraios et Enceinte circulaire (crédits EFA)
 

Topographie et architecture du centre monumental de Thasos : le programme Archépolis

Mission 2019
Programme dirigé par N. TRIPPÉ (Université Bordeaux Montaigne), avec G. BIARD (Université d’Aix-Marseille), L. FADIN (EFA), J. FOURNIER (Université de Strasbourg), C. GUILLAUME (Architecte DE, EFA), P. HAMON (Paris Sorbonne Université), M. IMBS (Architecte DE, Architecte du patrimoine).
Mission de terrain 27 juin-27 juillet

Depuis 2015, le programme « SIG du centre monumental de Thasos. Topographie et architecture » articule, dans le cadre de la mise en place d’un Système d’Information Géographique (SIG), une étude des édifices civiques, religieux et honorifiques de l’agora de Thasos, accompagnée d’une réflexion sur l’aménagement et la mise en valeur du site. Il s’inscrit dans le contrat quinquennal de l’École française d’Athènes et est soutenu par le laboratoire Ausonius-UMR 5607 et par le programme IDEX « Attractivité » de l’Université de Strasbourg. L’un des objectifs était dans un premier temps la réalisation d’un plan géoréférencé de l’agora et de ses abords, qui puisse également servir d’appui à la construction d’un Système d’Information Géographique (SIG). Cette première étape étant désormais achevée, ce programme de recherche sur l’agora thasienne se voit doté d’une nouvelle appellation : « Archépolis : Archéologie et histoire de l’espace public à Thasos ».
L’étude du sanctuaire de Zeus Agoraios, pôle cultuel majeur de l’agora thasienne, se poursuit : elle consiste cette année en des compléments de relevés sur le sanctuaire ainsi que sur l’enceinte circulaire coupant son péribole (GTh34-35). Des blocs, qui furent retrouvés devant le temple et rangés devant le Portique Nord-Ouest à l’issue de la fouille, sont également relevés. Ces travaux permettent d’avancer une série de propositions sur l’élévation du complexe et des éléments de chronologie relative. Les membres de l’équipe
poursuivent par ailleurs l’inventaire exhaustif des blocs errants sur l’agora, destiné à enrichir le SIG : l’opération porte cette année sur deux parkings à blocs, l’un devant le portique Nord- Ouest (GTh10), l’autre entre le bouleutèrion (GTh11) et l’édifice à Paraskenia (GTh12).
L’équipe accueille cette année des étudiants d’architecture de Bordeaux et d’Athènes.


M.Mulliez  

Entretien avec Maud Mulliez, artiste, artisan, chercheuse. Entre expérimentation du geste et restitution des couleurs, portrait d'une chercheuse passionnée et passionnante!
Propos recueuillis par A. Lacroix pour le carnet de recherche "Actualités des Études anciennes"

Maud Mulliez est titulaire d’un doctorat en histoire de l’art et archéologie et d’une formation artistique. Depuis décembre 2018, elle occupe un poste d’ingénieur de recherche pour une mission, dans le cadre du projet ALBÂTRES du LabEx "Sciences archéologiques de Bordeaux".

Zoom sur une personnalité multi facette


fig.23   L’initiative d’excellence de l’université de Bordeaux (IdEx université de Bordeaux) a lancé en 2018 un nouveau programme intitulé « Émergences » visant à accompagner des dynamiques de structuration de la recherche bordelaise au meilleur plan international dans leur(s) discipline(s) de référence, construites autour d’un projet de développement concret et original. Il s’agit, par le biais de modalités d’accompagnement et de financement, de valoriser la prise de risque associée à de telles démarches.

Dans ce cadre, Haude Morvan (MCF Ausonius - Université Bordeaux Montaigne) vient de recevoir un financement pour son projet :
Medieval Art across Time. Erudition and restorations on medieval works of art (17th-19th centuries)
Ce projet implique d'autres collègues du pôle bordelais, notamment Aurélie Mounier (IRAMAT/CRP2A - Université Bordeaux Montaigne)

Résumé : The ambition of the project Medieval Art across Time is to focus on the different forms of interaction (mainly studies and restorations) with medieval art between the seventeenth and the nineteenth century. It starts with a case study to be used as laboratory to elaborate a more theoretical framework and a sound methodology. The chosen case is the fourteenth-century tomb of cardinal Hugues Aycelin, located in the former Dominican church in Clermont. During the first phase of the project, we will carry out a study of the nineteenth-century restoration of the tomb and of the entire church and convent, through archival research, non-invasive methods of observation of the paint layers and bas-reliefs (microscope, XRF, FORS) and topographic survey of the extant convent buildings. The aim is to understand the condition of the tomb and the church before the restoration, and to highlight the choices made by the restorers.

PATRIMOINE CAIOZZO 3  

PARUTION

Le jardin entre imaginaire, patrimoine et sociabilité
études réunies par Anna CAIOZZO (Ausonius, Université Bordeaux Montaigne) et Brigitte FOULON
Presses Universitaires de Valenciennes


Cet ouvrage présente les travaux en cours de plusieurs jeunes chercheurs dont le thème principal d’investigation est le jardin.
Avec enthousiasme et le privilège de regards neufs, les différents contributeurs proposent leur analyse du jardin au prisme de différentes disciplines – histoire, littérature, géographie, sociologie, architecture – mêlant souvent approches et méthodologies permettant ainsi d’apprécier l’évolution du concept de jardin, d’entrevoir les types de jardins et d’usages, de l’Europe à l’Amérique latine en passant par l’Afrique, où chaque civilisation apporte sa touche à cet espace privilégié, public ou privé, cher aux citadins d’hier et d’aujourd’hui qu’il convient de préserver comme patrimoine vivant pour garder pérennes imaginaires et sociabilités.


CAIOZZO PAYSAGES UTOPIE  

PARUTION

Paysages et utopie
études réunies par Anna CAIOZZO (Ausonius, Université Bordeaux Montaigne)
Presses Universitaires de Valenciennes


Paysages et utopies explore dans une approche pluridisciplinaire, les relations entre la conception des paysages et l’imaginaire social, l’utopie, dans différentes aires civilisationnelles et à différentes époques, des mondes anciens de la Mésopotamie archaïque aux univers imaginés de la S cience-fiction. E n effet, le paysage, cette portion d’espace « que l’oeil humain peut percevoir », est directement appréhendé par le prisme de constructions culturelles. Le paysage reflète une certaine conception de la nature voire du monde à différentes époques, et qu’il soit dit « naturel » ou anthropisé, les hommes y projettent une part de leur imaginaire et de leurs aspirations sociétales. Les différentes sources, iconographiques, littéraires, scientifiques, géographiques, etc., proposent ainsi à travers l’histoire du paysage, une conception du monde, voire de l’univers tout entier où les hommes imaginent trois types d’espaces utopiques, ceux dépassant leurs moyens sensoriels, le cosmos et les paysages dit « célestes » ; les lieux paradisiaques et rêvés associés à un idéal perdu et à retrouver dans un monde à venir ; ceux enfin, qui construits par l’homme, reflètent cet idéal primordial spiritualisé ou parfois, un idéal sociétal guidé par une idéologie sousjacente. Enfin, en conclusion, on évoquera les paysages apocalyptiques ou de fin des temps. Le paysage est donc le cadre indispensable de l’utopie comme l’utopie s’inscrit dans des paysages choisis pour leur pouvoir évocateur où l’homme se plaît à inscrire son passé, son présent et son devenir.

 


A3FLARAN 2019  

JOURNÉES INTERNATIONALES D'HISTOIRE DE FLARAN 2019
11/12 octobre 2019 - Abbaye d'Arthous (Asting, Landes)

Le village à l'épreuve du genre dans l'Occident médiéval et moderne

Informations et programme


Bibracte 20equipe
Équipe de fouilleurs 2019 sur le secteur des Grandes Portes, Bibracte. Cliché S. Krausz
 

Du Mont-Beuvray aux Carpates, itinéraire d’une archéologue
Dans le cadre de la signature d’une convention entre l’Université Bordeaux Montaigne et l’Établissement Public de Coopération Culturelle Bibracte, Sophie Krausz, maître de conférences HDR en Protohistoire européenne – UMR 5607 Ausonius, a entamé une campagne de fouilles archéologiques à Bibracte, le plus célèbre des sites gaulois.

Fondée à la fin du IIe siècle avant notre ère, au sommet du Mont-Beuvray (Bourgogne-Franche-Comté), Bibracte est l’une des villes fortifiées gauloises les mieux préservées.  
Capitale du peuple éduen durant un siècle, cette ville éphémère s’étend sur près de 200 hectares et dispose d’une impressionnante enceinte percée de 15 portes.
Durant 6 semaines, la spécialiste des remparts et son équipe fouillent aux Grandes Portes, à l’extrémité sud-ouest de l’oppidum. Le programme de fouilles archéologiques des Grandes Portes a pour objectif de fouiller l’une des entrées principales de la capitale des Éduens. Il s’étendra sur 3 ou 4 années et permettra d’explorer les deux portes monumentales à ailes rentrantes bien conservées dans la forêt. Au préalable, la fouille de l’été 2019 se concentre sur la courtine du rempart gaulois pour observer en détail son architecture.
lire la suite


J DesCourtils Academie u bordeaux montaigne  

Jacques des Courtils, reçu membre résidant de l’Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux

Jeudi 20 juin à l'Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, au cours d’une séance publique à 16h, Jacques des Courtils, professeur d’Histoire de l'Art antique et Archéologie de l’Université Bordeaux Montaigne (UMR 5607 Ausonius) a été reçu en qualité de membre résidant au fauteuil de M. Alain Huetz de Lemps admis à l’honorariat.

lire la suite


mission archeo sicile u bordeaux montaigne

MB20et20LC.jpg 250x312

Laurence Cavalier et Marielle Bernier, responsable du service « Mobiliers archéologiques » à Ausonius © Mission archéologique française à Agrigente
   

Une mission archéologique bordelaise à Akragas (Agrigente, Sicile)
Pour la deuxième année consécutive, des archéologues et des étudiants bordelais ont participé à une mission de fouille et d’étude dans le sanctuaire des divinités chthoniennes (du monde souterrain), à l’intérieur du parc archéologique Vallée des temples d’Agrigente, site Unesco.
Un chantier international
Dans le cadre d’une convention établie entre l’Université Bordeaux Montaigne et le parc archéologique, la mission internationale dirigée par Laurence Cavalier, maître de conférences en histoire de l'art et archéologie antique - UMR 5607 Ausonius, a eu lieu du 30 avril au 17 mai 2019.

Placée sous l’égide de l’École française de Rome, elle a bénéficié du soutien de l’Institut Ausonius et de l’Université HSE de Moscou. Une équipe américaine (Université Wisconsin à Madison) a, comme l’année passée, participé aux travaux de terrain.  Au total 31 personnes de cinq nationalités différentes et rassemblées sous la bannière Université Bordeaux Montaigne, ont collaboré au programme.

À la recherche des mythes grecs
La fouille, à laquelle ont pris part les étudiants bordelais, russes et américains, s’est concentrée cette année sur le « tempietto », petit temple déjà partiellement exploré dans les années 2000 et hypothétiquement attribué aux divinités chthoniennes. lire la suite

voir vidéo de la découverte des phiales


Boliviens max0x640  

Des lycéens boliviens en visite à Ausonius

Ausonius accueille depuis deux ans les élèves du lycée français Alcide d’Orbigny de La Paz, pour une présentation de l'archéologie à Bordeaux. C'est le lycée du Mirail à Bordeaux qui fait l'intermédiaire dans le cadre de leur échange avec la Bolivie. La troisième rencontre du 27 mai 2019 a été ouverte par l’accueil et la présentation du LabEX Sciences archéologiques de Bordeaux, assurée par les chargées de communication Sonia Syllac (Ausonius) et Catherine De Noter (LabEX LaScarBx) suivie d’un échange avec Milagros Navarro Cabellero, Directeur de recherche en épigraphie au laboratoire Ausonius. Un moment riche en découverte pour les 22 élèves, accompagnés d’un professeur de français et de la Directrice du Lycée. La matinée  a été clôturée par la visite du laboratoire IRAMAT-CRP2A et par la rencontre avec l’anthropologue Patrice Courtaud (UMR PACEA).

lire la suite


PROGRAMME PIM AVRIL  

RETOUR SUR L'AUBERGE ESPAGNOLE - recherches sur la Protohistoire ibérique

L’auberge espagnole est le nouveau rendez-vous organisé par les membres de l’axe de recherche PIM : « La péninsule Ibérique et le Maghreb, de la Protohistoire à la fin du Moyen Âge » de l’UMR 5607 Ausonius (Université Bordeaux Montaigne/CNRS). Afin de faire évoluer et d’insuffler une nouvelle dynamique à leur axe, les chercheurs et enseignants-chercheurs ont opté pour des rencontres semestrielles ouvertes à tous. La première, organisée par les protohistoriens Coline Ruiz Darasse et Alexis Gorgues, a eu lieu le 15 avril 2019 à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

lire l'article


AFFICHE PRESENTATION CPIM 2019  

SÉMINAIRE INTERNATIONAL DE FORMATION AVANCÉE : CPIM

LES CULTURES POLITIQUES DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE ET AU MAGHREB  (VIIIe-XVe siècle)
Session 2019 : EXPÉRIENCES IMPÉRIALES
1er/4 octobre - Bielle (Pyrénées-Atlantiques) 

Inscriptions closes le 7 juin
Pour l’histoire des empires, la péninsule Ibérique et le Maghreb constituent des laboratoires exceptionnels. En effet, ces deux régions furent les pôles d’impulsion majeurs d’une succession de trajectoires impériales qui se sont déployées dans les directions les plus diverses : des califats et des sultanats d’Occident aux différentes revendications impériales de la royauté castillano-léonaise, en passant par les configurations variées de la Couronne d’Aragon. 
Les pionniers de cette histoire (Menéndez Pidal, Laroui) se sont longtemps focalisés sur l’ « idée impériale », dont ils soulignaient l’originalité, l’homogénéité et la continuité. Conçue comme un projet cohérent et unitaire, elle était envisagée comme l’émanation de la conscience que partageaient les peuples de former une unité « hispanique » ou « maghrébine ». Sans totalement disparaître, cette historiographie fut marginalisée par une autre, celle de la formation des Etats-nations, qui opposa les « réalités » de la construction des Etats territoriaux aux « mirages » impériaux. 
Aujourd’hui, l’histoire des empires opère un retour en force, fondé sur de nouvelles approches. Tout en menant un travail de déconstruction des grands récits impériaux, les chercheurs conçoivent désormais les empires comme des entités politiques instables, hybrides et éminemment pragmatiques. Ils les abordent comme des expériences politiques, en se focalisant sur ce qui « fait » empire et sur la mise en évidence de cultures impériales, à la fois diverses et connectées, irréductibles à un modèle unique.

en savoir +


Notre Dame de Paris  

INCENDIE DE NOTRE-DAME DE PARIS
Ausonius réagit


Tous les membres de notre institut sont profondément affectés du désastre qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, le lundi 15 avril 2019 au soir.

Dès aujourd’hui, nous amorçons une réflexion sur la forme que pourra prendre notre action scientifique pour promouvoir et accompagner, avec tous nos partenaires, le nécessaire effort de reconstruction de ce monument cher au cœur de chacun.

D’ores et déjà, certains de nos collègues spécialistes de l’architecture gothique se sont exprimés. Nous vous invitons à écouter les interventions d’Yves Gallet (Professeur d'Histoire de l'art médiéval – Ausonius, Université Bordeaux Montaigne) sur Euroradio .

http://euradio.fr/podcast/yves-gallet-notre-dame-en-flamme/

http://euradio.fr/podcast/yves-gallet-comment-restaurer-notre-dame/


Assos  

DISTINCTION - Médaille de bronze du CNRS 2019

Alberto Dalla Rosa, MCF en histoire romaine et lauréat en 2016 de l'ERC Starting Grant PATRIMONIVM , recevra à la fin de l'année 2019, la médaille de bronze du CNRS.
La médaille de bronze récompense le premier travail d'un chercheur ou enseignant-chercheur prometteur dans son domaine.
Cette distinction représente un encouragement du CNRS à poursuivre des recherches bien engagées et déjà fécondes.

 

autres actualités

 

RETOUR VIDÉO sur la journée d'étude LA GUERRE À L'ÂGE DU FER organisée par Sophie Krausz (Maître de conférence HDR en protohistoire européenne - Ausonius)

avec la participation de : Philippe GRUAT, Eric GAILLEDRAT, Réjane ROURE, Philippe BARRAL et Peter JUD  

pour consulter les différentes conférences de la journée d'étude publiées sur la chaine YouTube de l'université

 
 
 
 

MALVIEU, DE BORDEAUX À LOS ANGELES. UN CHANTIER DE FOUILLES INTERNATIONAL

Durant tout le mois de juillet 2018, les fouilles archéologiques du site de Malvieu (Hérault), dirigées par Alexis Gorgues, maître de conférences en archéologie protohistorique – UMR Ausonius, ont fait l’objet d’une fructueuse collaboration internationale entre l’Université Bordeaux Montaigne et l’Institute for Field Research (IFR) de Los Angeles.
Le site de Malvieu est un des rares exemples connus sur le territoire national d’agglomération fortifiée de hauteur occupée entre la fin de l’âge du Bronze (1000 avant J.-C.) et le premier âge du Fer (500 avant J.-C.). Débutées en 2001, les fouilles archéologiques se sont poursuivies jusqu'en 2014, avec une longue interruption entre 2003 et 2009.

lire la suite

 
 
 
 

Valérie Fromentin nommée à l’Institut Universitaire de France

Après Jacques des Courtils, Jérome France et Patrice Brun, Valérie Fromentin vient d’être nommée membre senior de l’IUF, au sein de la 28e promotion.

Cette distinction récompense et valorise les enseignants-chercheurs qui ont assumé des fonctions administratives importantes tout en maintenant une activité de recherche reconnue internationalement.

en savoir +

 
 
 
 

LES CANIDÉS, MEILLEURS AMIS DE L’HOMME ?
Financé par la région Nouvelle-Aquitaine, le colloque « Relations Hommes/Canidés de la Préhistoire aux périodes modernes » est venu clôturer le projet de recherche TeHoTeCa mené dans le cadre du Laboratoire d’Excellence des Sciences Archéologiques de Bordeaux.

Porté par Myriam Boudadi-Maligne et Jean-Baptiste Mallye (UMR 5199 PACEA – CNRS/Université de Bordeaux), ce projet pluridisciplinaire a réuni la communauté scientifique internationale du 1er au 3 octobre 2018 dans la bien nommée Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

24 communications dont 7 en anglais ; 5 posters ; 57 participants

en savoir +

 
 
 
 

Grand prix des rendez-vous de l'histoire
Parmi les 20 ouvrages en compétition, "L'armée imaginaire. Les soldats prolétaires dans les légions romaines au dernier siècle de la République" de François Cadiou figure dans la liste des 7 ouvrages sélectionnés par les membres du jury.

retour sur cette publication

 
 
 
 

FAIRE LA VILLE :  À QUOI SERT L'HISTOIRE ? À QUOI SERT LE PATRIMOINE ?

Le 29 juin 2018 à l’Hôtel de Région Nouvelle-Aquitaine, le colloque/table-ronde « Passerelles urbaines », coordonné par Sandrine Lavaud et Ezéchiel Jean-Courret, maîtres de conférences en histoire médiévale – UMR 5607 Ausonius (Université Bordeaux Montaigne/CNRS), a rassemblé divers acteurs de la fabrique de la ville.


Retour sur les échanges du colloque "Passerelles urbaines"

 
 
 
  Notre collègue Sara Zanni est mise à l'honneur dans le magazine Sciences et Avenir n°858 - août 2018 à travers la parution de l'article "Marcher dans les pas des légions de Rome", pp56-59.
En savoir plus sur les recherches de Sara
 
 
 
 

Un rempart massif, le plus grand de la région Centre, découvert à Châteaumeillant

C'est un chantier exceptionnel qui se déroule actuellement à Châteaumeillant dans le cadre de la campagne 2018 de fouilles menée par notre collègue Sophie Krausz (Maître de conférences HDR en protohistoire européenne - Ausonius). Un rempart massif, le plus grand de la région Centre, renfermant une seconde fortification est mis au jour.

en savoir +

 
 
 
 

Une interview de notre collègue Sophie Krausz a été diffusée sur France Culture dans l'émission "Carbone 14 le magazine de l’archéologie", le dimanche 30 septembre à 20h30.

Cette interview a été enregistrée le 24 juillet 2018 sur le chantier de fouilles du rempart de Châteaumeillant.

écouter le podcast

 
 
 
 

Topographie et architecture du centre monumental de Thasos. Mission 2018

Depuis 2015, le programme « SIG du centre monumental de Thasos. Topographie et architecture », dirigé par N. Trippé, articule, dans le cadre de la mise en place d’un Système d’Information Géographique (SIG), une étude des édifices civiques et religieux de l’agora de Thasos avec une réflexion sur l’aménagement et la mise en valeur du site. Il s’inscrit dans le contrat quinquennal de l’École française d’Athènes et bénéficie d’un soutien du laboratoire Ausonius-UMR 5607 (Université de Bordeaux-Montaigne).

La mission de terrain 2018 se déroule en deux temps :
- La campagne voit se poursuivre l’étude du sanctuaire de Zeus Agoraios et de l’enceinte circulaire (GTh34-35) coupant son péribole, pôle cultuel au cœur de l’agora thasienne. La mission de relevés 2017 a d’ores et déjà permis d’avancer de nouvelles hypothèses quant à l’évolution de ce secteur-clé de l’agora et ses relations avec les édifices adjacents. La mission 2018, au cours de laquelle sont réalisés le plan de l’enceinte circulaire et le relevé des blocs appartenant à son élévation, a pour objectif de poursuivre la réflexion sur la chronologie relative des édifices.
- Cette année voit également s’achever le lever topographique de l’agora et de ses abords qui viendra compléter le plan géoréférencé au 1/200e élaboré par l’équipe depuis 2015. Ce plan sert de base topographique au SIG et est dorénavant le plan de référence pour l’agora et ses abords.
L’équipe pluridisciplinaire se compose d’enseignants-chercheurs, de topographes et d’architectes, mais également d’étudiants en architecture et en archéologie venus de Bordeaux et d’Athènes.

Enfin, l’élaboration du WebSIG de la ville antique Thasos, déjà bien avancé, se poursuit grâce à l’appui des services informatiques de l’EFA (L. Mulot, L. Kocher). Il offrira dans un avenir proche un instrument de travail à tous les chercheurs et une porte d'entrée virtuelle dans la Thasos antique pour les visiteurs et le grand public.

 
 
 
 

UN PUITS DE CONNAISSANCES CELTIQUES

L’oppidum de Châteaumeillant (département du Cher, en région Centre-Val de Loire) ne cesse de livrer ses secrets. Après la découverte en 2012 de quatre bronzes exceptionnels du IIIe siècle après J.-C., Sophie Krausz, maître de conférences HDR en protohistoire européenne (Ausonius UMR 5607 – Université Bordeaux Montaigne/CNRS) et son équipe ont mis au jour un ensemble remarquable daté du Ier siècle avant J.-C.

en savoir +

 
 
 
 

Une collection de référence pour l’étude des restes osseux de poisson
Le service « Mobiliers archéologiques » de l’institut Ausonius (UMR 5607 Université Bordeaux Montaigne/CNRS) accueille au moyen d’une convention de dépôt, un remarquable référentiel d’ichtyofaune, encore méconnu par une partie de la communauté scientifique.
Fruit d’un travail de 10 ans réalisé par Brice Ephrem, archéo-ichtyologue en post-doctorat LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux, ce référentiel osseux est un outil indispensable utilisé pour la recherche et la formation des étudiants.

en savoir +

 
 
 
 

L’étude des papyrus grecs et égyptiens encouragée par le Conseil Européen de la Recherche
L’excellence scientifique est à nouveau récompensée au sein de l’UMR 5607 Ausonius. Marie-Pierre Chaufray, chargée de recherches au CNRS, est lauréate d’un programme ERC Starting Grant 2017.

À l’instar d’Alberto Dalla Rosa (lauréat en 2016), Marie-Pierre recevra pendant 5 ans les moyens de mener une recherche exploratoire en dehors de tout programme scientifique établi, de toute stratégie de développement scientifique nationale ou disciplinaire. Elle constituera son équipe de recherche autour d'un thème original : "The Graeco Egyptian State: Hellenistic Archives from Egyptian Mummies (GESHAEM)".

L’objectif du programme est d’étudier l’économie, la fiscalité et l’organisation du territoire dans la région agricole la plus importante de l’Égypte, le Fayoum, au Ier siècle de la domination grecque (IIIe siècle avant J.-C.)

en savoir +

 
 
 
  Le numéro estival de la revue Historia (n°847) renouvelle l’histoire de France à travers la présentation de 112 découvertes archéologiques.
L’oppidum de Châteaumeillant (Mediolanum), fouillé par Sophie Krausz depuis 2012, figure parmi ces découvertes exceptionnelles.
Deux pièces d’orfèvrerie uniques au monde, un lion en bronze massif et un cache-serrure à l’effigie d’Hercule, ont été mises au jour durant la fouille de l’un des 35 puits répertoriés sur le site. Ces trésors sont actuellement présentés dans le musée local Emile Chenon.


Sophie Krausz décorée de l’Ordre National du Mérite : une nouvelle distinction pour l’archéologie protohistorique
en savoir +
 
 
 
 

Parution de l’ATLAS HISTORIQUE D'AGEN
Sandrine Lavaud, coord. (20017) : Atlas historique d’Agen, n° 50, collection Atlas historique des villes de France, Ausonius-Éditions, Pessac.

Cinquantième volume de la collection de l’Atlas historique des villes de France, l’Atlas historique d’Agen sera présenté lors d’une cérémonie qui aura lieu le 5 mai 2017 (10h-12h) au salon des Illustres à la mairie d’Agen, en présence du maire, Jean Dionis du Séjour. Il est le premier à paraître d’une série de cinq atlas (Agen Bayonne, Mont-de-Marsan, Pau, Périgueux), réalisée dans le cadre du programme Région : « Les villes-têtes de l’Aquitaine : approches historique, cartographique et comparative » (coord. S. Lavaud et É. Jean-Courret). Renouvelant profondément les connaissances sur la ville, il retrace la formation de l’espace urbain des origines protohistoriques à nos jours, grâce à son Plan historique et ses deux tomes de commentaire textuel, l’un à l’échelle de la ville (t. 1, Notice générale), l’autre à l’échelle des monuments (t. 2, Sites et monuments).

en savoir + ausonius éditions

 
 
 
 

Les archives de l’Aquitaine "anglaise" à la portée de tous
Les souverains anglais nous ouvrent les portes de leur duché d’Aquitaine grâce au lancement du site internet
« L’Aquitaine ducale 1250-1450 »

Ce site de médiation scientifique est destiné à présenter à un large public une sélection d'informations sur l'Aquitaine des derniers siècles du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles), notamment grâce à la matière première des Rôles gascons. (www.gasconrolls.org) L’édition numérique de cette exceptionnelle série d'archives de la chancellerie anglaise a fait l’objet d’un programme de recherche (lien LaScArBx), soutenu par le LabEx LaScArBx, l’Institut Ausonius, la région Aquitaine et la DRAC Aquitaine.

« L’Aquitaine ducale 1250-1450 » est ainsi le premier site internet dédié à la valorisation d’un programme de recherche.

La conception du site autour de 5 grands thèmes et d’un glossaire a été coordonnée par Frédéric Boutoulle, professeur d’histoire médiévale et vice-président de la commission recherche de l’université Bordeaux Montaigne.
L’historienne médiéviste, Maëlys Letteron, a rédigé les textes et sélectionné l’iconographie. La création du site et son interface graphique ont été confiées à Carole Baisson, chargée de communication visuelle à l’Institut Ausonius.

Soutenu financièrement par la Direction régionale des Affaires Culturelles (service des collections, de l'information et de la communication), il est hébergé par l'université Bordeaux Montaigne sur le site d'Ausonius (onglet Valorisation).

 

 

 

 

LOGO PETRAE
LOGO CPIM
LOGO AQUITAINE DUCALE