La poésie courtoise, une longue tradition

Passé le XIIe siècle, le rayonnement des successeurs des célèbres troubadours gascons, tels que Cercamon, Marcabru, Jaufré Rudel ou encore le co-seigneur de Marsan Arnaut-Guilhem, est plus limité. Les troubadours du XIIIe siècle comme Aimeric de Belenoi et son oncle Pierre de Corbian (tous deux Médocains), Guiraut de Calanson, Amanieu de Sescas (que l’on considère, à tort, comme Catalan), Lantelm d’Aiguillon ou encore Bernat de Panassac sont moins populaires. Quelques cours aristocratiques témoignent encore de cette continuité poétique et musicale comme celle du château de Benauges, l’un des rares foyers troubadouresques connus durant la première moitié du XIIIe siècle. La tradition poétique courtoise de cette seigneurie de l’Entre-deux-Mers est incarnée par Pierre IV de Gabarret, puissant seigneur de Benauges et vicomte de Bezeaumes mort en 1234, et par son épouse Guilhemine qui inspire le chevalier troubadour poitevin Savary de Mauléon. 

Figure68  Figure69  Figure70  Figure71 
Représentations des troubadours gascons Marcabru, Jaufré Rudel, Aimeric de Belenoi et Cercamon. Bibliothèque nationale de France, Chansonnier provençal, MS cod. FR 12473, folios 102, 107, 111, 119, XIIIe siècle​

 

Figure72

 

 

 

Sujet de prédilection des poésies des troubadours, le fin’amor ou amour courtois désigne une relation librement consentie, adultère mais spirituelle, entre une riche femme mariée, considérée comme inaccessible, et un amant de condition inférieure lui jurant fidélité et soumission. Le fin’amor célèbre ainsi un amour inassouvi – donc pur – et met à l’épreuve le dévouement, la patience et l’obéissance de l’amant. Ce jeu amoureux créant une véritable dépendance de l’amant envers sa dame est en fait une référence aux liens féodo-vassaliques unissant un riche suzerain à son vassal de moindre rang. Cette transposition des codes féodaux à la littérature courtoise est particulièrement manifeste lorsqu’un chevalier engage sa loyauté envers une dame : le serment est prêté à genoux et les mains jointes, à l’image de la cérémonie de l’hommage vassalique. 

Représentation de Savary de Mauléon, chevalier-troubadour. Bibliothèque nationale de France, Chansonnier provençal, MS cod. FR 12473, folio 138,  XIIIe siècle.  

 

Guilhemine apparaît mise en scène dans les deux partimens de Savary de Mauléon, « Savaric e.us deman » et « Gaucelm, tres jocs enamoratz ». Un partimen est une sorte de joute verbale composée en vers et supposée répondre à une question précise. Dans ces textes, la vicomtesse de Bezeaumes est appelée à présider, avec d’autres dames, deux « cours d’amour » afin de départager la discussion. La cour d’amour est une métaphore des cours seigneuriales réglant les conflits de la noblesse selon un rituel précis. Dans sa composition, le partimen reprend la procédure judiciaire de ces plaids : exposé des faits, débat et verdict prononcé collectivement.
Malgré la place centrale donnée à la femme dans la culture courtoise, cette dernière n’est qu’un moyen de valorisation des normes sociales d’un groupe aristocratique cherchant à se distinguer par son raffinement. De plus en plus lettrées, les élites laïques aux traditions profondément guerrières cherchent à canaliser leurs passions par la création artistique comme la poésie. Les multiples épreuves et tourments vécus par le troubadour chantant le fin’amor ne servent ainsi qu’à exalter les vertus chevaleresques : fidélité, honneur, largesse, bravoure et courtoisie. L’apparente soumission de Savary de Mauléon au jugement de Guilhemine n’a pas pour objectif de louer la vertu de la vicomtesse mais bien de valoriser ses propres qualités de chevalier courtois.

 

Peironet, en Savartes
Pierre de Gabarret​
éd. KOLSEN (Adolf), Dichtungen der trobadors, I, Halle, 1916, p. 72-73.
Traduction David Escarpit extraite de l’article de Frédéric Boutoulle, « Les deux vies de Guilhemine, cours d’amour, veuvage et politique à Benauges au XIIIe siècle », De Benauge à Verdelais, 12e colloque L’Entre-deux-Mers et son identité, 9, 10 et 11 octobre 2009, 2011, pp. 31-46.
Disponible sur internet
[I] Peironet, en Savartes
Vai a.n Per de Durban ir
E digas li que vers es
Que la gensser ses mentir
Ab si.m colguet una nuoich per amor
E no.ill fi, de qe sui en error.
Per ti me man si es dreitz que m’aucia
O, s’ill me trac, si me fai cortesia. 


[II] Trahitz sui per aquels tres
Don plus me cuidei gauzir
E car aissi m’ant perpres
Fui vergoignos al partir
E pregui Dieu qe.don ir’e dolor
E que ja mais no.m don joi senes plor,
E si no.m fos tengut a vilania,
Eu me meira monges en l’abadia


[III] Ben volgra tot mon arnes
Aver donat ses mentir,
Que a las dompnas plagues
Qe.degnesson captenir
Del faillimen q’ai fach vas la genssor
E non per so c’anc no.m viriei aillor,
C’ab si.m colguet una nuoich par paria
E ges no.m puosc vanar qe sos drutz sia

[IV] Dompna, s’oimais vos lais de drudaria,
Vostr’er lo dans e l’anta sera mia!

Peironet, va-t-en en Sabartés
Voir Pierre de Durban
Et dis-lui que la plus belle des femmes
Sans mentir, par amour, coucha [voulut coucher ?] avec moi une nuit
Et je n’en fis rien, ce pour quoi je fus fautif.
Si c’est moi qu’elle aime à travers toi, alors tu as le droit de me tuer
Ou alors, en paraissant m’aimer, elle me trompe.



Je suis trahi par ces trois-là
De la part desquels je croyais pouvoir attendre le plus de joie
Et parce qu’ils m’ont séduit [pour me tromper]
Au moment de partir, je me trouvai honteux
Et je prie Dieu de me donner Colère et Douleur
Et de ne jamais me donner joie sans pleurs
Et ainsi, pour ne pas être taxé de vilenie
J’irai me faire moine à l’abbaye

Je veux bien, sans mentir,
Avoir donné tout mon harnais
S’il plaisait aux dames
De daigner me soutenir
Pour les fautes que j’ai commises de vers la plus belle des femmes
Et non pas parce que jamais je n’irai voir ailleurs
Mais bien pour qu’elle accepte une nuit en ma compagnie
Que je ne puisse jamais plus me vanter d’être son amant

Dame, si je vous laisse en paix, à l’avenir, avec mon amour
Je vous ferai tort et me couvrirai de ridicule 
   
Gaucelm feditz, tres jocs enamoratz
Savary de Mauléon​  
éd. De RIQUER (Martín), Los Trovadores, Historia literaria y textos, n°185, Barcelona, 1975, pp. 944-948.
Traduction de David Escarpit extraite de l’article de Frédéric Boutoulle, "Les deux vies de Guilhemine, cours d’amour, veuvage et politique à Benauges au XIIIe siècle" , De Benauge à Verdelais, 12e colloque L’Entre-deux-Mers et son identité, 9, 10 et 11 octobre 2009, 2011, pp. 31-46.
Disponible sur internet  

[I] Gaucelm, tres jocs enamoratz
Partisc a vos et a N’Ugo,
E chascus prendetz lo plus bo
E laissatz me qual que.us volhatz :
Una domn’a tres preiadors,
E destrenh la tan lor amors
Que, quant tuit trei li son denan,
A chascun fai d’amor semblan :
L’un esgard’amorozamen,
L’autr’estrenh la man doussamen,
Al tertz caussiga.l per rizen.
Digatz : al qual, pos aissi es,
Fai major amor de toz tres?


[II] Senh’En Savaric, ben sapchatz
Que l’amics recep plus gen do
Qu’es francamen, ses cor felo,
Dels bels olhs plazens esgardatz.
Del cor mou aquela doussors,
Per qu’es cen tans maier honors.
E del man tener dic aitan,
Que non li ten ni pro ni dan,
Qu’aital plazer comunalmen
Fan domnas per acolhimen.
E del caussigar non enten
Que la domn’amor li fezes,
Ni deu per amor esser pres.


[III] Gaucelm, vos dizetz so que.us platz,
For que non mantenetz razo,
Qu’en l’esgardar non conosc pro
A l’amic, que vos razonatz ;
E s’el i enten, es folors,
Qu’olh esgardan lui et alhors
E nulh autre poder non an.
Mas quan la blanca man ses gan
Estrenh son amic doussamen,
L’amors mou del cor e del sen.
E.N Savarics, car part tan gen,
Mantenga.l caussigar cortes
Depe, qu’eu no.l mantenrai ges.


[IV] Senher, pos lo melhs mi laissatz,
Mantenrai.l eu, ses dir de no ;
Don dic que.l caussigars que fo
Faitz del pe fo fin’amistatz,
Celada de lauzenjadors,
E par be, pos aital socors
Pres l’amics rizen caussigan,
Que l’amors es ses tot enjan.
E qui.l tener de la man pren
Per maior amor, fai nonsen.
E d’En Gaucelm no m’es parven
Que l’esgart per melhor prezes,
Si tan com ditz d’amor saubes.

[V] Senher, vos que l’esgart blasmatz
Dels olhs e lor plazen faisso,
No sabets que messatgier so
Del cor que.ls i a enviatz ;
Qu’olh descobron als amadors
So que reten el cor paors,
Don totz los plazers d’amor fan.
E maintas vetz rizen gaban
Caussiga.l pe a mainta gen
Domna ses autr’entendemen.
E N’Ugo mante falhimen,
Que.l teners de man non es res,
Ni non cre qu’anc d’amor mogues.


[VI] Gaucelm, encontr’amor parlatz
Vos e.l senher de Malleo,
E pareis ben a la tenso ;
Que.ls olhs que vos avetz triatz
Que razonantz pels melhors
An trahitz mains entendedors.
E de la domn’ab cor truan,
Si.m caussigava.l pe un an,
Non auria mon cor jauzen.
E de la man es ses conten
Que l’estrenhers val per un cen,
Car ja, si al cor non plagues,
L’amors no l’algr’al man trames


[VII] Gaucelm, vencutz etz el conten
Vos e N’Ugo, certanamen,
E volh que.n fassa.l jutjamen
Mos Gardacors que m’a conques,
E Na Mari’, on bos pretz es.

[VIII] Sehner, vencutz no sui nien,
Et al jutgar er ben parven,
Per qu’eu volh qu.i si’eissamen
Na Guilhelma de Benaugues
Ab sos ditz amoros cortes

[IX] Gaucelm, tant ai razo valen
Qu’amdos vos fortz e mi defen ;
E sai un’ab gai cors plazen
En que.l jutjamens fora mes,
Mas pro, vei, n’i a mais de tres

 

[Savary] À vous Gaucelm [Faidit],
Et à vous Uc [de la Bacalaria], je me permets de choisir trois jeux d’amour ;
À chacun je demanderai le meilleur et vous me laisserez ce que vous voudrez.
Une dame a trois suppliants
Et son amour la presse tant
Que lorsqu’elle les a tous les trois devant,
À chacun elle montre de l’amour.
Elle regarde l’un amoureusement,
Elle tient l’autre de la main avec douceur
Et elle presse le pied du troisième en souriant.
Dites, puisqu’elle fait ainsi,
Auquel des trois montre-t-elle le plus d’amour ?


[Gaucelm] Seigneur Savary, sachez
Que l’ami reçoit un don plus gentil
Quand franchement, sans cœur félon,
Il est regardé par de beaux yeux agréables.
Cette douceur procède du cœur,
Parce que l’honneur est cent fois supérieur.
À propos de tenir la main, je vous dis
Que cela n’apporte ni profit ni dommage
Puisque habituellement les dames autorisent
Ce plaisir comme une marque d’accueil.
Et sur le fait de toucher du pied, on ne voit pas
Qu’avec cela la dame montre de l’amour
Ou doive être prise d’amour.


[Uc] Gaucelm, vous dites ce qu’il nous plait,
Sauf que vous ne défendez pas la raison,
Puisque que dans le regard que vous défendez,
Je ne vois rien de probant pour l’ami.
Et si celui-ci l’entend ainsi, c’est une sottise,
Parce que les yeux le regardent lui et bien d’autres choses,
Sur lesquels ils n’ont aucun pouvoir.
Mais quand la blanche main sans gants
Étreint doucement son ami,
L’amour surgit du cœur et du sens.
Et, vous seigneur Savary qui proposez si gentiment [cette joute],
Défendez le fait de faire la cour du pied,
Parce que je ne le défendrai pas.


[Savary] Seigneur, vous me laissez le meilleur
Et je le défendrai sans me renier.
Je dis que presser du pied
Fut une démonstration de réelle amitié,
En cachette des médisants.
Il est évident que l’ami reçoit une aide aussi manifeste du pied
et d’un sourire,
Parce que l’amour est libre de tromperie.
Et celui qui considère que prendre la main
Donne plus d’amour n’est pas sensé.
Quant à Gaulcelm, s’il connaissait l’amour
Autant qu’il en parle,
Il ne parlerait pas aussi bien du regard.

[Gaucelm] Seigneur, vous qui dénigrez le regard
Des yeux et son agréable semblant,
Vous ne savez pas que ce sont des messagers
Qui ont envoyé le cœur ;
Parce que les yeux découvrent aux amoureux
Ce que la crainte retient dans le cœur.
C’est pour quoi ils accordent tous les plaisirs de l’amour.
Et beaucoup de fois, la dame en plaisantant,
Sans autre intention, presse du pied beaucoup de gens.
Uc défend une erreur,
Parce que retenir la main n’est rien
Et je crois que cela ne procède jamais de l’amour.



[Uc] Gaucelm, vous et le seigneur de Mauléon, parlez contre l’amour,
Et cela est évident dans la discussion.
Parce que les yeux, que vous avez choisis
Et que vous défendez comme ce qui est meilleur,
Ont trahi beaucoup d’amoureux.
Et si une dame de cœur vil me pressait du pied pendant un an,
Je n’aurais pas le cœur joyeux.
Mais étreindre la main, sans dispute,
Cela vaut cent fois mieux,
Puisque s’il ne satisfait pas le cœur,
L’amour ne sera pas transmis à la main.



[Savary] Gaucelm et vous, Uc,
Avez été totalement vaincus dans la lutte,
Et je veux que jugent [maintenant],
Mos Gardacors, qui m’a conquis
et Marie, en qui réside le bon mérite.


[Gaucelm] Seigneur, je ne suis pas absolument vaincu
Mais il est manifeste que l’on arrive au jugement,
C’est pourquoi je veux qu’intervienne aussi
Guilhemine de Benauges
Avec ses courtoises paroles amoureuses.

[Uc] Gaucelm : ma raison est tellement puissante
Que je vous force tous les deux et que je me défends.
Et je connais même une dame ayant un corps agréable
À qui on peut soumettre le jugement.
Mais je vois qu’il y en a assez de trois.